IFRS 9 – Simplicité des règles et complexité de la réalité, un couple irréconciliable ?

La financière de 2008 a été suivie par une salve de nouvelles exigences réglementaires censées pallier les manquements et la complexité de la régulation existante. Le but affiché est de réduire significativement la probabilité d’occurrence et le coût d’une future financière.

Comme d’autres, le domaine comptable a été touché par ces changements réglementaires. En effet, différentes comptables ont été accusées d’avoir contribué à la crise financière, parmi lesquelles la norme IAS 39 – « Instruments financiers : comptabilisation et évaluation ». En réponse à ces critiques, l’IASB (International Accounting Standard Board) a lancé un projet de refonte de cette norme.

(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 5,00 sur 5, 1 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 7 juillet 2015

Impact de la 4ème directive LCB-FT sur le secteur bancaire

Au niveau européen, la nouvelle directive relative à la prévention de l’utilisation du système financier aux fins de blanchiment de capitaux ou du financement du terrorisme, dite « 4ème Directive », a été adoptée en seconde lecture par le Parlement européen le 20 Mai 2015 ainsi que la version révisée du règlement européen sur les informations relatives aux virements de fonds.

 

Ces deux textes permettront aux Etats-membres de l’Union Européenne d’être en accord avec, respectivement, les recommandations n°12 et n°16 du GAFI[1]). La Directive entrera en vigueur dans 2 ans, délai qui permettra aux banques de se mettre en , et le règlement 20 jours après sa publication au Journal Officiel.

En France, le ministère des finances et des comptes publics a présenté le 18 Mars 2015 une série de mesures pour lutter contre le financement du terrorisme, dont les premières seront applicables dès le 1er Septembre 2015.

(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 3,00 sur 5, 2 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 30 juin 2015

La Directive Crédit Immobilier et ses impacts sur la Banque de détail

L’Autorité Bancaire Européenne (EBA) a publié le lundi 1er juin ses instructions finales pour soutenir la mise en œuvre par les États membres de l’UE de la Directive 2014/14/UE. Publiée au Journal officiel de la Commission le 28 Février 2014, cette directive appelée aussi «MCD» (Mortgage Credit Directive) encadre les contrats de relatifs aux biens immobiliers; elle entrera en application le 21 Mars 2016.

Les instructions couvrent :

  • les modalités d’évaluation de la solvabilité des emprunteurs de crédits immobiliers,
  • les modalités d’action en cas de défaillance de remboursement des emprunteurs de crédits immobiliers,
  • les bonnes pratiques afférentes à adopter par les banques.
(Lire la suite…)
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 23 juin 2015

KYC & Trade Finance : un challenge perpétuel

Depuis la financière de 2008, les banquiers et leurs clients « Corporate » font face à des exigences réglementaires qui ne cessent de muter. Les coûts élevés en capitaux et de mise en imposent de plus en plus de difficultés pour la banque commerciale.

Un aspect de ces exigences porte sur l’examen des questions relatives à la qualité des relations interbancaires et l’échange des informations de conformité KYC associées. Un grand nombre de banques ont ainsi entamé des travaux comprenant un examen des et des pratiques actuelles en matière de due diligences afin d’identifier les impacts stratégiques et opérationnels.

(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 9 juin 2015

Interview de Laurent MINVIELLE, La Française Global Investment Solutions

Laurent MINVIELLE
Directeur du des Risques &
La Française Global Investment Solutions

 

SIA PARTNERS :
Le Groupe La Française a beaucoup évolué ces dernières années avec de nombreux partenariats pour devenir un acteur leader de la d’actifs en France avec plus de 48 milliards d’encours. Pouvez-vous nous présenter le Groupe ?

Laurent MINVIELLE :
Le Groupe est un gestionnaire d’actifs multi-spécialiste avec 500 collaborateurs. Il s’appuie sur un actionnariat solide, le Mutuel Nord Europe, majoritaire, et ses dirigeants et salariés. Il développe 4 pôles d’activité :

  • L’Asset Management global,
  • La Gestion Immobilière,
  • Les Solutions d’Investissement,
  • Le Financement direct, avec en particulier l’activité d’incubation.

Le Groupe se développe et s’internationalise avec sa marque caractéristique et son expertise à conclure des partenariats stratégiques.

(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 5,00 sur 5, 1 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 2 juin 2015

L’ANI : Bouleversement et restructuration du secteur mutualiste

On observe depuis 10 ans un mouvement de concentration majeur dans le secteur mutualiste. Quatre facteurs expliquent cette consolidation : – une pression fiscale croissante, – les exigences réglementaires liées à Solvabilité II, – l’obligation de transparence sur les frais de , – et depuis janvier 2013, l’Accord National Interprofessionnel (ANI)[1]. L’impact net de l’ANI sur l’ensemble des mutuelles de Livre II devrait se traduire en une perte de 2,1 milliards d’euros de cotisations, soit une contraction de 10% de leur part de marché.

L’ANI, ou la nécessité de penser « collectif »

L’ANI prévoit de généraliser l’accès aux complémentaires santé à l’ensemble des salariés des entreprises du secteur privé, sans considération d’effectif ni d’activité. On s’attend à ce que cet accord réorganise en profondeur le paysage mutualiste, en occasionnant un transfert massif du marché de l’individuel vers le collectif[2]. Cela aurait à terme un effet sur la répartition du marché, jusqu’ici dominé par l’individuel.

(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 5,00 sur 5, 1 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 26 mai 2015

Solvabilité II : serez-vous à l’heure du rendez-vous ?

Pour répondre à cette question, Sia Partners a diffusé, auprès de ses interlocuteurs du secteur de l’, un sondage[1] relatif à l’avancement de la mise en à la Directive. Diffusé au dernier trimestre 2014, celui-ci s’avère riche d’enseignements.

Premier constat rapide : la mise en conformité à la Directive est devenue une réalité opérationnelle pour la grande majorité des répondants, aucun n’accusant de retard rédhibitoire. En effet, parmi les 23 organismes d’assurances s’étant prêtés au jeu, seuls 12% se déclarent en sur leur projet. A contrario, certains chantiers cruciaux, tels que le pilotage stratégique des risques, la qualité des données ou encore le III, nécessitent des efforts supplémentaires à horizon 2016.

Cet article propose un panorama des principales tendances avant la publication de l’analyse complète.
(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 5,00 sur 5, 1 votes)
Loading ... Loading ...

1 commentaire Newsletter Envoyer 19 mai 2015

La valorisation prudente, nouveau défi du régulateur

La valorisation prudente s’inscrit dans un environnement prudentiel en pleine mutation : réforme fondamentale du trading book, revue des méthodes standards, de volatilité de la CVA etc. Cette nouvelle exigence, imposée par la CRDIV, a pour objectif de capter les sources d’incertitude dans la valorisation des positions.

La valorisation prudente concerne la totalité des positions évaluées au bilan à la juste valeur, trading & banking book, notamment pour les instruments peu liquides, traités de gré à gré, et valorisés au bilan par des prix de modèles (Marked to Model).

En vue d’assurer une cohérence et une harmonisation dans la manière dont les établissements financiers calculent leurs positions de « juste valeur », l’ABE (Autorité Bancaire Européenne) a préparé un projet de techniques de (RTS). L’ABE a publié le 23 janvier 2015 le draft final qui précise les principes de la valorisation prudente[1].

Le RTS met en exergue deux approches afin d’implémenter la règlementation concernant la valorisation prudente.

(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 5,00 sur 5, 2 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 12 mai 2015

L’amélioration des résultats bancaires via la fonction de recouvrement

Depuis la de 2008, la fragilité du contexte macroéconomique a des répercussions directes sur les résultats de l’ensemble des établissements financiers et en particulier, une augmentation significative du coût du pénalisant la marge d’exploitation. Un levier pour maîtriser le coût du consiste en l’utilisation efficiente d’une cellule de , permettant d’agir en amont afin de diminuer les créances douteuses.

 

Le recouvrement, un processus bien encadré

Le recouvrement est connu comme la démarche que réalise un créancier afin d’obtenir de son débiteur qu’il s’acquitte de la dette qu’il a contractée envers lui.

(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 5,00 sur 5, 1 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 5 mai 2015

Système de Garantie des Dépôts : la protection Européenne des déposants

La mise en place d’une Union bancaire européenne, initiée en 2012 avec l’objectif de rendre le système bancaire européen plus efficient, cohérent et robuste, s’accélère. Notre série de 3 articles a pour objectif de décrypter chacun des piliers d’en analyser les conséquences.

Cet article traite du dernier – le Système de Garantie des (SGD) – ses implications pratiques et les conséquences potentielles sur l’industrie des services financiers au niveau européen.

(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 5,00 sur 5, 1 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 28 avril 2015

Le mécanisme de résolution unique : gérer la faillite des banques

La mise en place d’une Union bancaire européenne, initiée en 2012 avec l’objectif de rendre le système bancaire européen plus efficient, cohérent et robuste, s’accélère. Notre série de 3 articles a pour objectif de décrypter chacun des piliers d’en analyser les conséquences.

Cet article est consacré au second , le Mécanisme de Résolution Unique (MRU), à ses implications pratiques et à ses potentielles conséquences sur le secteur des services financiers en Europe.

La mission du Mécanisme de Résolution Unique (MRU), entré en vigueur le 1er Janvier 2015, est d’assurer efficacement la du plan de résolution d’une banque assujettie au Mécanisme de Supervision Unique (MSU) et confrontée à de sérieuses difficultés financières en minimisant le coût pour l’économie réelle et pour les contribuables. Le second pilier repose sur la mise en place du Fonds de Résolution Unique (FRU) qui entrera en vigueur le 1er Janvier 2016 et qui est encadré par le Conseil de Résolution Unique (CRU) nommé le 9 décembre 2014.

(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 5,00 sur 5, 1 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 21 avril 2015

Compagnies d’assurance : Que faire pour ne pas rater le tournant du Big Data ?

En 2010, Éric Schmidt, alors PDG de Google, déclarait que son entreprise créait tous les deux jours autant d’information qu’il en a été créée de l’origine de l’homme jusqu’en 2003, soit 5 exabytes[1]. Ces données, de formats variés, sont générées à très haute fréquence et constituent ce que l’on appelle aujourd’hui communément le Big Data.

La et l’exploitation de cet ensemble de données est si vaste et complexe qu’il est impossible de les traiter à l’aide des systèmes d’informations « traditionnels » possédés aujourd’hui par les entreprises. Utilisables par tous les acteurs de la société, elles permettront une très importante création de valeur pour les compagnies d’ qui sauront les recueillir et les exploiter (adaptation d’offres marketing, de la relation , lancement de nouveaux produits, optimisation de la , des données…). De nouveaux acteurs spécialisés dans le recueil et le traitement des données absorberont une partie de la chaîne de valeur et se positionneront en concurrence frontale avec les acteurs traditionnels, qui risquent de « rater le tournant » s’ils ne mettent pas en oeuvre les actions nécessaires.

Quelle est réellement la valeur de ces données ? Comment les compagnies d’assurance doivent-elles faire évoluer leur modèle économique et leur organisation ? Explications.

Pourquoi les données générées par le Big Data sont-elles si précieuses ?
(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 5,00 sur 5, 1 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 16 avril 2015

Le mécanisme de surveillance unique: une évolution majeure mais encore un long chemin à parcourir

La mise en place d’une Union bancaire européenne, initiée en 2012 avec l’objectif de rendre le système bancaire européen plus efficient, cohérent et robuste, s’accélère. Notre série de 3 articles a pour objectif de décrypter chacun des piliers et d’en analyser les conséquences.

Ce premier article traite du I – le Mécanisme de Surveillance Unique (MSU) – ses implications pratiques et les conséquences potentielles sur l’industrie des services financiers européens.
(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 3,75 sur 5, 4 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 7 avril 2015

PMO et excellence opérationnelle au sein des Banques de Réseau : des synergies clés pour la réussite de projets et la pérennisation de best practices

illustration_industrialisation_assurance_part_2 Dans un environnement fortement concurrentiel appelant sans cesse à plus de réactivité et d’esprit d’, renforcer l’efficacité de son organisation et initier de nouveaux projets sont devenus les priorités des Banques de détail (BDD).

Cependant, les programmes internes en découlant nécessitent de forts investissements en temps et en financement, et les dérapages sont souvent fréquents ; ce qui rend parfois fébrile le démarrage de nouveaux projets.

En quoi disposer d’une véritable batterie d’outils d’excellence opérationnelle permet-il au PMO de prévenir ces risques ?

Même si la présence d’un PMO est elle-même un outil d’excellence opérationnelle (OPEX) dans le sens où il garantit une meilleure du temps et des objectifs, le PMO a également la possibilité d’intégrer un large choix de méthodes OPEX à sa démarche.
(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 4,67 sur 5, 3 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 31 mars 2015

Avec la « Société de Libre Partenariat », la loi Macron s’aligne sur les standards anglo-saxons et luxembourgeois pour dynamiser la gestion d’actifs en France

Depuis la mise en place de la Directive AIFM sur les gestionnaires de fonds d’investissements alternatifs, les acteurs français subissent une concurrence accrue de la part de leurs homologues européens. En effet, les investisseurs préfèrent se tourner vers les Limited Partnerships anglo-saxons ou les Sociétés à Commandite Spéciale luxembourgeoises pour créer de nouveaux véhicules d’investissement, dont ils connaissent mieux le fonctionnement.

Afin de contrer cette concurrence, un amendement à l’article 35 de la loi Macron propose la création d’un nouveau type de structure pour le investissement : la « Société de Libre Partenariat » (SLP). Ce nouveau véhicule d’investissement vient compléter les Fonds Professionnels Spécialisés (FPS) existants, à savoir les FCP et les SICAV.

Présenté par les députés comme une aide au développement des entreprises innovantes et à l’accueil des investissements domestiques comme étrangers, qu’apporte ce nouveau véhicule ?

(Lire la suite…)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Note moyenne: 4,67 sur 5, 3 votes)
Loading ... Loading ...

Commenter Newsletter Envoyer 24 mars 2015


Accès Freemium

Retrouvez dès maintenant notre espace « Freemium » entièrement gratuit qui vous permettra, après inscription ci-dessous, d’accéder à des contenus exclusifs.

Se connecter

Partenaires

Abonnement aux articles



Commentaires récents

Articles populaires