• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
13/09/2016

Le phénomène de la trappe à liquidité

Nous vous proposons de découvrir le premier article de notre triptyque sur la Trappe à Liquidité

Voilà plusieurs années que plane sur les pays industrialisés (Etats Unis, Japon, et pays de la Zone euro) l’ombre de la trappe à liquidité. Depuis les années 90 et la décennie perdue japonaise, le tristement célèbre cas d’école de la trappe à liquidité, ce concept économique keynésien, avait quitté le devant de la scène. Il revient, aussi bien dans le cercle des experts que dans les médias. En effet, les conséquences de la crise financière se font encore sentir, près de 8 ans après. De crise financière elle s’est transformée en crise de dettes souveraines emmenant dans son sillage une récession qui gangrène l’Europe, et les politiques mises en œuvre semblent être d’une efficacité limitée.

Sommes-nous réellement dans une situation de trappe à liquidité ? Les pays industrialisés dans les années 2010 - et notamment ceux de la zone euro, compteront-ils bientôt parmi les exemples types des pays englués dans une situation de trappe à liquidité ? Quelles sont les conséquences sur les ménages européens et quelle est l’efficacité des mesures prises afin de sortir de ce contexte de récession ?

Cet article sera le premier d’une série de trois articles autour du thème de la trappe à liquidité, et s’attellera à la définition et la compréhension de ce concept.

Qu’est ce qu’une trappe à liquidité ?

Le concept de trappe à liquidité apparaît sous la plume de J. M. Keynes dans sa Théorie Générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie publié en 1936. Une situation de trappe à liquidité se définit comme une situation au cours de laquelle la hausse de l’offre de monnaie ne permet plus de baisser le niveau de taux d’intérêt.

En période de récession, un moyen utilisé pour tenter de relancer l’économie est la mise en place d’une politique monétaire expansionniste. En effet, l’augmentation de la masse monétaire est censée entrainer la baisse du taux d’intérêt (cf Graphique 1) qui elle-même favorisera le crédit et relancera les investissements et la consommation.

Graphique 1 - Offre de monnaie et taux d'intérêt

Le phénomène de la trappe à liquidité offre de monnaie et taux d'intérêt masse monétaire

 

Toutefois, lorsque les taux sont suffisamment bas, i.e. qu’ils ont atteint un seuil minimal (non déterminé a priori), les agents économiques anticipent leur remontée : leur préférence pour la liquidité (actif sans risque) s’accentue (voire devient absolue) et ils délaissent les actifs risqués (titres, obligations) dont le prix évolue inversement au taux d’intérêt. Dans de telles conditions, toute hausse de l’offre de monnaie avec pour objectif de faire diminuer le niveau des taux d’intérêt restera inefficace dans le cadre d’une relance: l’économie est alors dans une situation de trappe à liquidité.

Depuis la crise financière de la deuxième moitié des années 2000, experts et médias se demandent si après le Japon (1990s) et dans une moindre mesure les Etats-Unis (post crise), ce n’est pas au tour de l’Europe– et à nouveau du Japon - d’être englués dans une situation de trappe à liquidité : dans le contexte de taux bas persistant et l’instauration de politiques monétaires non-conventionnelles, il semble légitime de se poser la question.

Sia Partners

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top