• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
26/10/2015

Sujet : L’essor de la Supply Chain Finance, du reverse factoring à la Banque Payment Obligation (2/2)

Comme évoqué dans notre précédent article sur l’essor de la Supply Chain Finance,  les banques innovent pour permettre à leur client de financer leurs chaines d’approvisionnement. Le Reverse Factoring, produit répandu qui permet à de larges entreprises clientes de financer leurs créances avec leurs fournisseurs, illustre cette tendance. Si ce produit est un argument fort lors des négociations commerciales et pérennise les relations clients-fournisseurs, il intervient relativement tard dans le cycle de production et d’exportation. Afin d’apporter également des solutions plus en amont des transactions commerciales, les banques mettent à disposition de leurs clients la Bank Payment Obligation (BPO).

Principe et fonctionnement de la BPO

La Bank Payment Obligation (BPO) est un instrument de règlement permettant de sécuriser et de financer des transactions commerciales à l’international. Il s’agit d’un engagement irrévocable de paiement d’un montant défini donné par la banque d’un client à la banque d’un fournisseur après la réussite d’un rapprochement automatique des données d’expédition du fournisseur au sein d’une application dédiée.

La BPO est basée non plus sur des documents physiques, comme les lettres de crédit, mais sur des données électroniques qui proviennent, entre autres, du bon de commande et des bons de transport et d’expédition. La réconciliation automatique est effectuée sur une plateforme (par exemple, la Trade Service Utility de SWIFT) qui compare les données électroniques provenant des bons de transport ou d’expédition du fournisseur avec les données convenues à l’avance lors de l’établissement du contrat de BPO et issues du bon de commande. Un rapport des écarts entre les données du bon de commande et du bon d’expédition/transport est ensuite généré et envoyé au client qui peut les accepter ou les refuser. En cas d’accord, la banque du client procède au paiement à la banque du fournisseur et les documents d’expédition sont directement envoyés au client.

Schéma : Fonctionnement d’une opération de BPO

Sujet : L’essor de la Supply Chain Finance, du reverse factoring à la Banque Payment Obligation (2/2) fonctionnement d'un opération de BPO commande + contrat BPO expéditions des biens factures + documents d'expédition fournisseur client conditions du BPO acceptation/refus écarts réconciliation acceptation condition du BPO données BPO banque du client application de reconciliation paiement données BPO banque du fournisseur données sur facture bon de transport

La BPO a été lancée en 2011 par Swift (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication) et la chambre de commerce internationale (ICC). L’objectif était de proposer une solution qui présente un niveau de sécurité équivalent à celui des lettres de crédits et qui tire parti des avancées technologiques et de l’utilisation croissante des comptes ouverts. La BPO est régie par les Uniform Rules for BPO (URBPO) qui visent à uniformiser les règles de gestion entre les établissements qui choisissent d'adopter la BPO et à permettre ainsi son adoption plus rapide à l’échelle mondiale. Les URBPO couvrent notamment le standard de messagerie électronique utilisé « ISO 20022 » qui permet de transférer des documents quel que soient leurs tailles.

Avantages de la BPO

La BPO présente des avantages à plusieurs niveaux :

Au niveau de la diminution des risques :

Contrairement aux comptes ouverts, elle protège:

  • Le fournisseur contre les risques d’insolvabilité, de refus ou de défaut de paiement du client et les risques politiques (conflits, terrorisme)
  • Le client contre le risque de non approvisionnement

Les lettres de crédits ou les remises documentaires protègent de ces mêmes risques mais du fait des processus plus courts et automatisés de gestion des BPO, le taux de déduction est plus faible. Certains risques tels que les détériorations, les vols, les cas de force majeure et les fluctuations de devises ou de taux d’intérêts ne sont, néanmoins, pas couverts par le produit et nécessitent des assurances complémentaires.

Au niveau du paiement :

La BPO offre au client un meilleur contrôle de l’exécution de son paiement, ce qui lui permet d’apporter une assurance de paiement à son fournisseur et diminue le risque de défaut de paiement comme énoncé précédemment. Le fournisseur peut alors mieux gérer sa trésorerie.

Au niveau du financement :

Elle permet de financer, sécuriser et optimiser la chaine d’approvisionnement des parties prenantes. Le fournisseur peut bénéficier de financements pré- et post-expédition et il peut diminuer son Days Sales Outstanding (DSO) afin d’optimiser ses cash flows. Le client, de son côté, peut augmenter son délai de paiement (DPO) et renforcer sa relation avec ses fournisseurs en facilitant leur financement.

Au niveau de l’efficacité opérationnelle :

Contrairement aux lettres de crédit, la réconciliation des données étant automatique et électronique, les processus sont plus rapides, moins coûteux et génèrent moins de risques opérationnels.

Impacts sur les banques

La mise en place puis la gestion au jour-le-jour des BPO a un impact sur les départements Front Office, Back Office, Risques et Conformité des banques à la fois en termes :

  • d’adaptation de leur offre : proposition d’un nouveau produit à leurs clients, création de produits liés, adaptation des processus de vente…
  • de gestion des risques : intégration dans les modèles de gestion des risques, nouvelle gouvernance…
  • de systèmes d’information : nouveaux standards et outils de transmission électronique des données ou de réconciliation automatique
  • de conformité : respect des Uniform Rules for BPO

La BPO se diffuse progressivement dans le monde. D’après les données SWIFT[1], plus d’une cinquantaine de relations entre entreprises de divers secteurs se fait par l’intermédiaire de ce produit et une vingtaine de banques l’ont intégré à leur offre. Ce dispositif remplit les attentes des différents acteurs, ce qui pousse un nombre croissant de banques à le tester afin d’envisager de le proposer à l’avenir à leurs clients.

Le financement de la chaine d’approvisionnement (Supply Chain Finance) est donc un domaine en pleine évolution avec le développement de nouvelles solutions telles que le Reverse Factoring et la Banque Payment Obligation. Avec l’essor du digital, les banques sont de plus en plus confrontées à l’émergence de nouveaux acteurs, les « Fintech », qui proposent des solutions alternatives (par exemple,  Finexkap  pour la cession en ligne de créances clients) et les concurrencent sur leurs marchés traditionnels. C’est pourquoi, elles doivent continuellement innover pour se différencier de leurs concurrents et conserver leurs clientèles.

Sia Partners

Notes & Références:

[1] SWIFT « Market adoption of BPO » (July 2015)

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top