• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
29/01/2020

Les institutions financières systémiques (G-SIB) en 2019

Les G-SIB (Global Systematically Important Banks) ou encore les banques systémiques désignent les banques ayant des activités importantes et diversifiées, et dont la faillite financière pourrait avoir de forts impacts négatifs sur la finance mondiale. Cela n’est pas sans rappeler le scénario de la crise financière de 2008 avec les « Too Big To Fail », ces institutions que les pouvoirs publics ont dû renflouer pour éviter des conséquences désastreuses sur l’économie, et l’impact négatif subi au niveau international après la chute de Lehman Brothers.

G-SIB : Une liste initiée en 2011 et mise à jour annuellement

Depuis 2011, le FSB (Financial Stability Board), en consultation avec le Comité de Bâle et les autorités de supervision locales, définit la liste globale des banques systémiques. Cette liste est mise à jour annuellement en novembre sur la base des données de l’année précédente. La méthode d’évaluation des banques systémiques a été définie par le Comité de Bâle en 2011, puis revue en 2013 et en 2018.

En novembre 2019, nous comptons 30 banques G-SIB (+1 par rapport à 2018) ; la banque Toronto Dominion (une des plus importantes institutions financières du Canada) ayant fait son apparition sur la liste.

Parmi ces 30 banques systémiques, 13 sont européennes dont 4 françaises (BNP Paribas, Crédit Agricole, BPCE et Société Générale), 10 américaines et 7 asiatiques.

Une méthodologie d’évaluation pour mesurer l’impact de la défaillance d’une banque sur le système financier mondial et sur l’ensemble de l’économie

Le Comité de Bâle définit quatre exigences supplémentaires qui s’appliquent aux banques systémiques de cette liste :

Des exigences en fonds propres plus élevés via un coussin spécifique (Higher Capital Buffer) ;

Le respect d’un ratio de capacité totale d’absorption des pertes (Total Loss Absorbing Capacity – TLAC) ;

Des exigences relatives à la résolvabilité avec notamment la mise en place de plans de résolution et de redressement (Resolvability) ;

Des attentes globalement plus élevées du régulateur que ce soit en termes de gouvernance, d’infrastructure, de contrôles (Higher supervisory expectations).

Afin d’établir la liste des banques systémiques, le Comité de Bâle a mis en place une méthodologie d’évaluation fondée sur des indicateurs qualitatifs et quantitatifs. Ces indicateurs permettent de rendre compte des différents facteurs contribuant à produire des externalités négatives et prouvent que la banque évaluée joue un rôle important dans la stabilité du système financier mondial.Ils évaluent ainsi l’importance systémique des établissements bancaires.

En effet, plutôt que de mesurer le risque de défaillance d’une banque par le concept de la probabilité de défaut (PD), le Comité de Bâle mesure en réalité l’impact de la défaillance d’une banque sur le système financier mondial et sur l’ensemble de l’économie.Il évalue et privilégie ainsi le concept de perte en cas de défaut (LGD) mondial et systémique.

Les indicateurs adoptés sont définis en 5 catégories et reflètent la taille, l’interdépendance, l’infrastructure des services fournis, l’absence de substituts directs, l’activité transfrontalière mondiale et la complexité des banques. Les trois premières catégories sont conformes au rapport FMI /BRI / CSF[1] qui est soumis aux ministres des Finances du G20 et aux gouverneurs de banques centrales. La catégorie activité transfrontalière permet de mesurer la capacité d’absorption des pertes par le degré d’activité à l’échelle mondiale. La catégorie complexité a été définie au motif que la mise en résolution, en cas crise, d’une banque systémique complexe est plus difficile et risque d’engendrer des perturbations et des pertes plus importantes.

Chacune des cinq catégories mentionnées est pondérée à 20% et les indicateurs des différentes catégories se voient également attribuer, à l’exception de la taille, une pondération égale.

Rappelons également qu’en 2018, les 4 groupes bancaires français identifiés comme G-SIB ont subi des exigences supplémentaires en fonds propres – BNP Paribas avec 1,5% de ses actifs pondérés par les risques et 1% pour la Société Générale, Crédit Agricole et BPCE.

 

Ci-dessous la liste complète des 30 G-SIBs publiée le 22 novembre 2019:

JP Morgan;

Citigroup;

HSBC;

Bank of America;

Bank of China;

Barclays;

BNP Paribas;

Deutsche Bank;

Goldman Sachs;

Industrial and Commercial Bank of China;

Mitsubishi UFJ FG; 

Wells Fargo;

Agricultural Bank of China;

Bank of New York Mellon;

China Construction Bank;

Credit Suisse;

Groupe BPCE;

Groupe Crédit Agricole;

ING Bank;

Mizuho FG;

Morgan Stanley

Royal Bank of Scotland;

Santander;

Société Générale;

Standard Chartered;

State Street;

Sumitomo Mitsui FG;

Toronto Dominion;

UBS;

UniCrédit. 

Sia Partners

Notes & Références:

[1]FMI : Fonds monétaire international / BRI : Banque des Règlements Internationaux / CSF : Conseil de stabilité financière

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top